Queens Of The Stone Age – … Like Clockwork – 2013

queens-of-the-stone-age_like-clockwork-608x6082

 

A l’heure où la musique mue de plus en plus en une histoire de maîtrise marketing (cf Daft Punk), les Queens Of The Stone Age s’alignent. Et mettent les moyens. La communication autour de …Like Clockwork aura marqué une volonté complètement assumée de se vendre. D’abord en annonçant les collaborateurs de l’album, d’une quantité démesurée, jugeons plutôt : Trent Reznor (à qui Homme voulait initialement confier la production de l’album), Elton JohnAlex TurnerDave GrohlMark Lanegan… A ce m’as-tu-vu de la haute société cocaïnée s’ajoute une communication d’ordre coca-colaesque, le groupe s’offrant la confection d’un court métrage animé de quinze minutes en guise de clip vidéo, distillé en cinq parties quelques semaines avant la sortie officielle de l’album. La communication de l’art n’est pas un mal lorsqu’elle ne dénature pas l’œuvre que l’on souhaite vendre. Or concernant ce clip de quinze minutes découpé en cinq chansons de l’album à venir, QOTSA a réduit leur format pour, d’abord s’aligner sur les formats radiophoniques standards, mais aussi et surtout poursuivre dans sa logique de teasing : par exemple, « Kalopsia » est réduite de quatre minutes et trente secondes à deux minutes pour la vidéo, suscitant ainsi une curiosité quant aux tenants de la chanson entière. Ingénieux, mais appauvrissant. Ainsi, l’auteur de ces lignes, relativement circonspect face au court-métrage et aux singles proposés (comme une grande partie des mélomanes s’étant penchés sur la question), s’est vu pris de surprise lors de l’écoute de …Like Clockwork.

Là où les chansons amputées apparaissaient décousues, incohérentes, annonciatrices d’une déliquescence généralisée, l’album ne se révèle en rien lacunaire, bien au contraire. Cette sixième production jouit d’une harmonie rock dont se délecter semble être l’unique possibilité. Pour débuter, Josh Homme n’a jamais aussi bien chanté. Son phrasé claque comme une cravache sur l’étalon du groove, à l’instar de ces incendiaires refrains sur « Fairweather Friends » (« So what’s it gonna take / To get you back here then / You’re just a best fair-weather friend» ) ou « Smooth Sailing » (« God only knows / Where love vacations / If reason is priceless / There’s no reason to pay for it »). Cette doublette est d’ailleurs la plus réjouissante du recueil, touchée par une grâce épique rare, salutaire. Elle soutient d’ailleurs la possibilité de se reposer sur des thèmes finalement plutôt pop sans pour autant perdre en éloquence et en efficacité. Car oui, Queens Of The Stone Age se « variétise » au fil des albums, considérant le premier effort, résolument stoner, et celui-ci, toujours affublé d’une base rock mais désormais dénué d’influences désertiques et metalliques. N’en déplaise aux puristes de la première heure, … Like Clockwork est bel et bien un album consistant, cohérent, remarquablement produit. En témoignent par exemple « I Appear Missing », d’une puissance homérique, ou « Keep Your Eyes Peeled », cryptique et pondéreux.

Ceci établit, quid de la sur-communication l’accompagnant ? De deux choses l’une. Soit l’on considère que le démembrement dont elle a fait preuve envers les chansons de l’album joue en la défaveur de ce dernier, soit l’on préfère se dire qu’après tout, si ce processus anti-artistique peut mener à une démarche d’écoute curieuse de la part de ses cibles, alors l’effet est réussi. Une chose est sûre : le tapage médiatique et le trop-plein de guest stars ne sont que des détails d’un ensemble bien plus réjouissant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s